Les opposants aux mesures covid n'ont pas défilé jeudi soir. Il s'agit d'une première depuis le début des manifestations non autorisées qui se tiennent depuis plusieurs semaines chaque jeudi à Berne et ont donné lieu à des émeutes.

Une seule personne munie d'un drapeau suisse est restée un court instant près de la gare. Une poignée d'autres personnes ont observé la situation sur place. Une heure après le début annoncé du rassemblement, la ville était toujours calme.

La police cantonale bernoise était toutefois présente avec un contingent visible et a procédé à des contrôles de personnes, a-t-elle annoncé sur Twitter. Des expulsions individuelles et des ordres d'éloignement ont par ailleurs été émis.

Les jeudis des semaines précédentes, des rassemblements non autorisés d'opposants aux mesures covid avaient donné lieu à des émeutes à plusieurs reprises, la police ayant fait usage de canons à eau et de balles en caoutchouc.

Dissensions

Mardi, la Ville de Berne a autorisé la tenue samedi d'une grande manifestation d'opposition au certificat Covid. L'«Aktionsbündnis Urkantone» («Alliance des cantons primitifs») et l'association «Freie Linke Schweiz», à l'origine de ce rassemblement, se sont engagées à respecter le concept de sécurité convenu et à suivre le parcours établi à l'avance du cortège. Ces organisations déconseillent actuellement à leurs sympathisants de participer à des manifestations non autorisées, estimant que cela porte préjudice à leur cause.

D'autres mouvements se sont montrés critiques vis-à-vis des conditions posées par la police cantonale bernoise pour permettre la manifestation de samedi. C'est le cas de «Massvoll» qui, sur les réseaux sociaux, recommande à ses membres de boycotter le rassemblement à Berne et de manifester ailleurs.

Ces désaccords ont fait craindre à plusieurs internautes s'exprimant sur divers forums une possible scission parmi les opposants aux mesures Covid. Le groupe «Silent Protest» a annoncé dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux qu'il se rendrait à Berne samedi afin de ne pas encourager une désunion.