La Suisse accueillera dès le mois prochain les premiers réfugiés dans le cadre du programme de relocalisation de l’Union européenne (UE) qui vise à décharger l’Italie et la Grèce, deux pays de premier accueil. «Les démarches sont en cours», a déclaré la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en charge du Département de justice et police, jeudi à Bruxelles. Elle y participait à la réunion de ministres européens de l’Intérieur consacrée à la crise des réfugiés. Dans un premier temps, ils arriveront d’Italie, bien sûr après avoir été dûment enregistrés. A ce stade, le nombre d’arrivées n’est pas précis.

Le programme de relocalisation de l’UE approuvé en octobre 2015 concerne 160 000 réfugiés se trouvant déjà en Italie et en Grèce. Il a toutefois de la peine à décoller; plusieurs pays, notamment de l’Est, le contester même s’ils l’avaient accepté au départ. Selon des chiffres officiels, seulement 500 personnes sont parties dans des pays tiers. Bruxelles reconnaît l’échec du programme et mais insiste que les Vingt-Huit ainsi que les pays associés (Norvège et Suisse) assument leur responsabilité.

En octobre, la Suisse s’était dite disposée à accueillir 1500 réfugiés sur deux ans. Ils seront toutefois pris en compte dans le contingent de 3000 réfugiés syriens que Berne avait annoncé en mars 2015.

Simonetta Sommaruga n’a pas manqué hier de souligner que la crise des réfugiés échappe graduellement à tout contrôle et que des pays se mettent à prendre des mesures unilatérales pour rassurer leur propre population. «La crise a commencé il y a neuf mois et il faut admettre que toute l’Europe est dépassée», a-t-elle ajouté. En effet, la tension monte entre pays et cela a été même ressenti lors du déjeuner mercredi lors du déjeuner ministériel.

La conseillère fédérale compte beaucoup sur le sommet spécial prévu pour le 7 mars, en présence du premier ministre turc. «D’une part, les pays européens doivent montrer de la solidarité entre eux, mais d’autre part, il faut de l’aide de la Turquie pour endiguer le flux migratoire», a-t-elle souligné.