Andreas Meyer a reçu en 2009 un salaire fixe de 540 000 francs, identique à celui de 2008, et une part variable de 357 000 francs, qui dépasse de 100 000 francs celle de l’exercice précédent. Avec les indemnités, son revenu a atteint 982 000 francs, soit plus que son prédécesseur Benedikt Weibel. Le contexte a cependant changé.

Au total, la rémunération de l’ensemble de la direction s’est élevée à 4,610 millions, soit un peu moins qu’en 2008 (4,691 millions). Les honoraires du conseil d’administration se sont élevés à 829 000 francs, dont 225 000 pour le président Ulrich Gygi.

C’est ce qui ressort du rapport de gestion 2009 des CFF, publié vendredi. Le Syndicat du personnel des transports (SEV) a protesté contre ces résultats. Il ne comprend pas qu’Andreas Meyer ait pu toucher près d’un million alors que, selon le SEV, «les vrais problèmes du trafic voyageurs et de l’infra­structure restent occultés».

Le syndicat dénonce le «peu d’estime pour le personnel» affiché par les dirigeants des CFF, qui ont refusé une hausse générale des salaires pour le personnel, qui, «par son engagement et son travail, a rendu possible la réalisation de ces chiffres».