Assurance maladie

Près d’un Vaudois sur trois touche un subside aux primes d’assurance

Le nombre de bénéficiaires de l’aide aux primes d’assurance n’en finit pas d’augmenter dans le canton de Vaud. Le gouvernement continue pourtant de développer sa politique sociale, au grand dam de la droite

Selon des données publiées hier par Statistique Vaud, 28% de la population cantonale est désormais au bénéfice d’une aide aux primes d’assurance maladie. En dix ans, de 2006 à 2016, le coût total occasionné par cette prestation est ainsi passé de 300 millions de francs à plus d'un demi-milliard. Troisième canton le plus peuplé de Suisse, Vaud se hisse par la même occasion à la deuxième place du podium des dépenses absolues, juste derrière Zurich.

Alors que la part de la population helvétique bénéficiant d’un subside a diminué de 2% ces dix dernières années, la courbe vaudoise a suivi le chemin inverse: +6%. Plus de 200 000 personnes en sont désormais bénéficiaires, 60 000 de plus qu’en 2006. Comment expliquer cette hausse constante?

Lire également: Primes maladie: les raisons d’une hausse vertigineuse

Politique généreuse

Chercheuse à l’Office cantonal de la statistique, Laure Kaeser avance une double réponse: «La première explication est politique. Le Conseil d’Etat vaudois a fait le choix d’augmenter le seuil de revenu donnant droit aux subsides ces dernières années, ainsi que leur montant.» Vaud octroie un subside par bénéficiaire supérieur à la moyenne helvétique: 201 francs contre 153 en Suisse. Ce montant couvre également davantage la prime des ayants droit: 68% contre 56% dans le reste du pays.

Le deuxième facteur, affirme la chercheuse, est la forte croissance de la population dans le canton, la plus importante de Suisse au coude à coude avec Zurich. Contrairement à Genève, où tout bénéficiaire éligible reçoit automatiquement son dû après l’analyse de sa feuille d’impôt, il faut demander une aide pour la recevoir en terre vaudoise. Le nombre total de subsidiés potentiels est donc vraisemblablement encore plus important qu’il n’apparaît dans cette recherche.

Lire aussi: Les cantons romands très touchés par la hausse des primes maladie 2018

La droite s’alarme

La publication de ces chiffres intervient alors que le Conseil d’Etat annonçait vendredi dernier un nouveau développement de sa politique sociale. Confronté à une hausse des primes de 6,4%, la plus importante du pays, le gouvernement vaudois mettra en œuvre une nouvelle série de mesures dès le 1er janvier, pour un montant total de 25 millions de francs. Cette extension, qui comprend le relèvement du seuil de revenu ouvrant l’obtention d’aide pour les adultes seuls, en couple et avec enfants, devrait porter le nombre de bénéficiaires de subsides dans le canton à plus de 220 000 d’ici à fin 2018. Le Parti libéral-radical (PLR) s’alarme de la «spirale infernale des dépenses» dans laquelle ce «gouvernement qui semble vouloir donner toujours plus» emmène le canton. «D’où vient le financement, proteste le parti bourgeois, sinon de nos impôts?»

L’épineux problème du poids croissant des coûts de l’assurance maladie ne semble pas proche d’une solution: malgré́ tous les efforts déployés par le gouvernement vaudois, le montant moyen revenant à la charge des subsidiés a également augmenté de 14% ces dix dernières années. De 84 francs en 2006, ce montant s’élève actuellement à 95 francs.

Lire également: Primes maladie: les politiques impuissants, les assurés résignés

Publicité