Diplomatie

Le président iranien Hassan Rohani entame son deuxième jour en Suisse

Pour cette deuxième journée de visite en Suisse, Hassan Rohani doit participer à un forum et rencontrer la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann

Au second jour de sa visite officielle en Suisse, le président iranien Hassan Rohani participera ce mardi 3 juillet à un forum sur l’innovation et l’industrie dans les domaines de l’alimentation et de la santé. Des entretiens entre les délégations des deux pays sont aussi prévus.

Le forum est organisé par la Chambre économique Suisse-Iran et la Chambre de commerce et d’industrie Suisse-Iran. Le président de la Confédération Alain Berset et son homologue iranien y tiendront tous deux une allocution.

Edito: Face à Donald Trump, la débandade européenne

Arrivé en Suisse lundi après-midi, le président de la République islamique doit également rencontrer mardi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga et le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann. Deux déclarations d’intention et un accord devraient être signés à l’issue de ces discussions, notamment en matière de santé et de sciences, a indiqué le porte-parole du Département fédéral de l’intérieur (DFI) Peter Lauener.

Destination: l’Autriche

Les derniers développements de l’accord sur le programme nucléaire iranien, dont les Etats-Unis se sont retirés, seront au centre des discussions, tout comme la question du développement des relations bilatérales. Il s’agira de tirer un premier bilan de la feuille de route signée fin février 2016 à Téhéran sur ce sujet.

Lire aussi: Berne plie devant les Etats-Unis

Après sa visite en Suisse, Hassan Rohani poursuivra son périple diplomatique en Autriche. C’est à Vienne qu’a été conclu en juillet 2015 l’accord ayant permis à l’Iran de sortir de son isolement international, en échange de la mise en sommeil de son programme nucléaire et de son engagement à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

L’Autriche a pris dimanche pour six mois la présidence tournante de l’Union européenne (UE) et la Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran, en l’absence de relations diplomatiques entre ces deux pays.

Publicité