«Pierre, c'est toi qui nous as trahi en nous mentant à tous pendant des mois», a déclaré le président du PLR Genève devant les membres du parti. Quelque 800 personnes ont assisté à l'assemblée générale extraordinaire pour débattre du cas Pierre Maudet.

Notre synthèse: Avant un vote crucial, l’essentiel sur l’affaire Maudet

«L'intérêt général est largement plus important que nos ambitions», a relevé mardi soir Alexandre de Senarclens, en s'adressant directement au conseiller d'Etat dans un silence religieux. Tout en rappelant que le PLR Genève sait ce qu'il doit à Pierre Maudet, il a souligné que la crise que le parti vit «n'est pas de nature idéologique».

L'effeuillage continu de ce dossier dans la presse nuit à l'image de notre canton

Alexandre de Senarclens, président du PLR Genève

Guidé par des «considérations exclusivement politiques», le comité directeur estime que le conseiller d'Etat, poursuivi par le Ministère public en lien avec son voyage à Abu Dhabi, ne peut pas rester en fonction. «L'effeuillage continu de ce dossier dans la presse nuit à l'image de notre canton», a souligné M. de Senarclens. «En démissionnant, tu ne t'accuseras pas. Tu démontreras par contre ta lucidité, ta dignité et ta stature d'homme d'Etat», a conclu le président du PLR. Il a été très applaudi par l'assemblée.

Nombreux versements ambigus

Le conseiller national Christian Lüscher s'est montré particulièrement critique: «Nous te reprochons de t'être enferré dans le mensonge. Tu as menti au Conseil d'Etat, à la commission de gestion du Grand Conseil, aux médias et en fin de compte au public.» 

Il a ensuite fait l'addition des sommes que le conseiller d'Etat a touché, en argent ou en nature, depuis 2013. Cette somme comprend notamment des versements du groupe hôtelier Manotel ou encore des fonds provenant d'associations de soutien occultes.

Cette assemblée générale extraordinaire très attendue permettra, selon les voeux du conseiller d'Etat, de connaître l'avis de la base du parti. En fin de soirée, les membres devront voter leur «confiance et soutien à Pierre Maudet». Le magistrat a toutefois déjà dit qu'il ne démissionnerait pas en cas de désaveu.