Le président de l'UDC, Jacques Pagan, estime que son parti n'arrivera à rien s'il agit tout seul. Il verrait dès lors d'un bon œil une alliance électorale avec l'Entente afin de pouvoir contrecarrer la gauche et mener une vraie politique de droite à Genève.

Le président du Parti libéral, Olivier Jornot, pense que l'accord budgétaire a brisé un tabou. Si une plate-forme commune peut être établie avec l'UDC, une alliance électorale pourrait voir le jour pour les élections 2005 déjà.

Le président du Parti radical, François Longchamp, estime que l'accord conclu entre l'Entente et l'UDC est ponctuel et qu'il est exclu que son parti adhère à une alliance avec l'UDC actuelle. A moins qu'elle adopte le même profil que l'UDC bernoise.

Le président du Parti démocrate-chrétien, Mario Cavaleri, aura à engager la discussion le 6 janvier prochain devant l'assemblée des délégués de son parti pour savoir si une alliance avec l'UDC est envisageable. A priori, la réponse est clairement non.