La demande de crédit est arrivée mercredi sur le bureau des parlementaires fédéraux. Cette fois, c’est le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui a besoin de la Confédération. Son siège, un bâtiment datant de 1874, nécessite un sérieux ravalement de façades. Pour financer les travaux estimés à 9,9 millions de francs, le parlement doit donner son feu vert à un prêt à taux préférentiel remboursable sur 30 ans. L’institution fondée en 1863 par Henri Dunant qui avait marqué la naissance de la Genève internationale ne bénéficie pas de traitement de faveur. Car il s’agit d’un projet de rénovation.

«Faire passer la pilule»

En revanche, les prêts pour la construction d’un nouveau bâtiment sont remboursables sur 50 ans et ne portent aucun intérêt, explique-t-on au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). «Les prêts à aussi longue durée et sans intérêts sont des dons déguisés», indique toutefois une source proche du dossier. A de rares exceptions, les organisations internationales n’ont pas d’argent. Cette manière d’agir permet de faire passer la pilule mais aussi d’éviter les demandes d’autres secteurs de l’économie.

Le DFAE conteste: «Les organisations internationales ont toujours remboursé les prêts qui leur ont été accordés, et toujours dans les délais.» C’est la Fondation des immeubles pour les organisations internationales (Fipoi) qui octroie les prêts, puis perçoit les intérêts et les annuités. L’argent est ensuite reversé à la Confédération.

Lire aussi:  Grande peur sur la Genève internationale

Au début de l’année, l’Organisation mondiale de la météorologie a demandé à la Suisse d’étendre la durée de remboursement du prêt qui lui avait été accordé en 1998 pour construire son nouveau siège, le vaisseau de verre de l’avenue de la Paix. L’échéance pour rembourser les 79 millions de francs prêtés par la Confédération par le biais de la Fipoi est fixée en… 2048. Berne a rétorqué en février que c’était impossible mais que «d’autres alternatives étaient à l’étude pour trouver une solution satisfaisante».