Des élus quittant la salle du Conseil communal en bloc, sous les huées. Un président qui se tape le front. Et à la fin, une victoire douce-amère pour la majorité de gauche à Prilly. La petite commune de l’Ouest lausannois a été le théâtre d’un conflit peu commun autour du droit de préemption, cet outil qui permet aux communes d’intervenir au dernier moment pour acheter un bien sur le point d’être vendu.