• Swissgrid : la société, forte de 190 employés, doit faire face au départ de son président et au prochain remplacement de son directeur. Elle gère le réseau électrique à très haute tension de 6700 kilomètres, qui appartient à sept grands producteurs et grossistes en électricité, dont NOK et Atel en Suisse alémanique, et EOS en Suisse romande. Ces derniers sont également actionnaires de Swissgrid. Swissgrid encaisse et répercute, selon la nouvelle loi, des taxes et frais liés au transport du courant, à la gestion du réseau, à la constitution de réserves d'électricité, et à la connexion des distributeurs. Ces taxes, calculées par Swissgrid sur la seule base des informations fournies par les sept grossistes propriétaires, ont doublé et dépassent l'équivalent de 3 centimes par kWh.

• ElCom : la Commission de l'électricité (ElCom), organe de milice composé de sept membres, a pour tâche principale de contrôler le bon fonctionnement du marché suisse de l'électricité et de régler les relations techniques avec les sociétés de réseau européennes. Son secrétariat technique, de 18 personnes dès l'an prochain, est notamment chargé de traiter les plaintes des distributeurs contre Swissgrid, et des consommateurs «captifs» contre leurs distributeurs d'électricité. Plus de 1000 réclamations ont été reçues après la publication des tarifs, obligatoire à fin août. L'ElCom devra également trancher les litiges d'attribution, aux particuliers notamment, des nouveaux projets d'énergie renouvelable pour lesquels une taxe de 0,45 centime par kWh est prélevée.