Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La socialiste zurichoise Priska Seiler Graf s’est démarquée dans la défense des transports publics, de l’environnement et dans son engagement contre les nuisances liées au trafic aérien.

Nouveaux visages au Palais fédéral

Priska Seiler Graf, une socialiste au coeur vert

La socialiste de Kloten peut compter sur ses années de passes d’arme avec des majorités de droite, à l’exécutif de sa ville et au Grand conseil zurichois

Priska Seiler Graf aborde son premier jour au conseil national avec beaucoup de sérieux, de la joie, une pointe de nervosité aussi: «Siéger à Berne? C’était un rêve d’enfant. J’étais venue visiter le Palais fédéral avec mes parents à l’âge de dix ans».

Du rêve à la conquête, la socialiste zürichoise a procédé par étape. A 48 ans, elle est une politicienne aguerrie. Elle a siégé douze ans au parlement de Kloten, sa ville, avant d’être élue à l’exécutif. Elle peut aussi compter sur dix ans d’expérience au sein du Grand conseil zurichois.

Avant de se consacrer entièrement à la politique, cette mère de trois enfants a enseigné à l’école secondaire le jour, tout en donnant des cours de ballet le soir.

Sous des airs sages se cache une battante, habituée à tenir tête à un front bourgeois, majoritaire partout où elle a siégé. «J’ai appris à chercher des compromis à l’aide d’argumentaires bien construits. Il faut se montrer patient et déterminé».

Priska Seiler Graf s’est démarquée dans la défense des transports public, de l’environnement et dans son engagement contre les nuisances liées au trafic aérien. «Toute la Suisse profite de l’aéroport de Zurich. Mais seuls les habitants de la région en payent le coût. Je souhaite sensibiliser le reste du pays à la nécessité de trouver un équilibre dans le développement de ce pôle».

A Berne, elle compte s’engager en faveur de la mobilité et de l’écologie, un thème qui lui est cher. Elle se verrait d’ailleurs bien siéger dans la commission de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

Son élection au conseil national a été une surprise et une «double satisfaction»: celle de gagner et celle de voir le PS zurichois remporter deux sièges supplémentaires à Berne.

Le plus grand défi de la nouvelle parlementaire? «Trouver ma place parmi 200 élus. Je ne veux pas être celle qui n’a jamais rien dit!», lâche-t-elle en riant.

Début 2015, elle visait le conseil d’Etat zurichois. Elle s’est inclinée devant sa collègue de parti Jaqueline Fehr. Mais Priska Seiler Graf n’a pas dit son dernier mot. Elle qui se conçoit comme une «femme d’exécutif» se verrait bien tenter à nouveau sa chance à l’avenir. L’expérience lui a déjà démontré qu’avec de la patience et de la persévérance, les rêves peuvent devenir réalité.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a