La chute est vertigineuse pour Philippe Guignard. Aujourd’hui ruiné et malade, l’ex-pâtissier star va être envoyé derrière les barreaux. Ce mardi après-midi, l’homme de 57 ans a en effet été condamné à 3 ans de prison, dont 18 mois ferme. Le Tribunal d’arrondissement du Nord vaudois a reconnu l’ancien président du club de football du Lausanne-Sport coupable de gestion déloyale aggravée, de gestion fautive et surtout d’escroquerie par métier. La peine prononcée par la cour, qui siégeait pour l’occasion dans la salle d’audience cantonale à Renens, est identique à celle requise au début du mois de juillet par le Ministère public.

«Des maladresses, mais pas d’escroquerie»

A l’annonce de la peine, Philippe Guignard s’est longuement caché le visage dans les mains. A la sortie de la salle d’audience, groggy, il peinait à trouver ses mots. Il ne s’attendait pas à un tel verdict. «En 2010, j’étais à la tête de 140 employés. Nous travaillions au développement d’une entreprise. Je n’aurais jamais imaginé…», lâche-t-il après un long silence. Le Vaudois rejette toujours les accusations: «Oui, il y a eu des maladresses, de la bêtise, mais pas de l’escroquerie.» Lui d’habitude si volubile devant la presse, écourte. «Je n’ai plus rien à dire, désolé, je suis consterné, atterré…»