Des prix démocratisés

Les prestataires anti-cambriolage se comptent par dizaines, peut-être davantage, dans les cantons de Vaud et de Genève. Du coup, les systèmes d’alarme et de surveillance sont de plus en plus abordables.

Pour 3000 francs environ, Suisse Alarme, sur les hauteurs de Rolle, installe des capteurs magnétiques aux portes et aux fenêtres, ainsi que plusieurs détecteurs de mouvement. En cas d’effraction, le propriétaire, les personnes de son choix et/ou un centre de télésurveillance, tels SIR ou Protectas, sont prévenus. A eux, ensuite, d’intervenir et de faire appel à la police. Au contraire d’autres prestataires, Suisse Alarme ne vend pas d’abonnement. «Les temps d’in­tervention via des centrales sont beaucoup trop longs», critique Raoul Richiger, chef de projet de la société.

Ce système de centrale, Certas s’en est fait une spécialité. La société sous-traite la vente des alarmes à 200 installateurs en Suisse romande. Elle se charge de gérer les interventions, pour lesquelles aucun délai minimal n’est promis. «Les agents de sécurité n’ont aucun passe-droit, y compris sur la route», rappelle l’un des partenaires de Certas. Coût du service, 80 francs par mois.

Outre le marché professionnel, les offres «low cost» sont innombrables sur le Net. On y trouve des kits comprenant quatre ca­méras étanches et un micro pour 190 euros. Ou une caméra capable d’envoyer des images par e-mail, pour 160 euros. A ce prix-là, difficile, sans test, de juger de la qualité du matériel. Le Temps a par contre essayé, en décembre dernier, le modèle de la société suisse Switel (99 francs), qui permet de voir les images sur son smartphone. Verdict: efficace. Un peu plus chère, une caméra D-Link (239 francs chez Digitec.ch), qui permet de zoomer à distance et de visionner les images en direct depuis un ordinateur.

Simulateurs et factices

Pour les petits budgets, entre 50 et 80 francs, il y a les caméras factices équipées d’un faux capteur ­infrarouge. Ou la minuterie, qui allume et éteint les lumières à intervalles irréguliers et qui, en simulant une présence, peut suffire à décourager les cambrioleurs.

A l’autre extrême, la sophistication des solutions de défense séduit également. Suisse Alarme installe aussi des systèmes d’accès par code, par reconnaissance digitale ou faciale (2100 francs). Afin d’éviter toute casse, le jardin peut lui aussi être sécurisé. Les détecteurs lasers (environ 4300 francs), les faisceaux infrarouges ou les câbles enterrés qui génèrent un champ magnétique sont surtout prisés des entreprises. Mais ils intéressent de plus en plus les privés, notamment les propriétaires de villas.