Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Tablette d'antibiotiques, Hanau, Allemagne.
© Kai Pfaffenbach/Reuters

Prix des médicaments: un tabou tombe

Santé Le lobby de l’industrie pharmaceutique entre en matière sur un prix de référence sur les génériques. Le potentiel d’économies pour l’assurance de base de 400 millions par an, correspondant à une baisse de 1,6 %

Dans le contexte d’un système de santé qui continue de croître à raison de 4 % par année, c’est une bonne nouvelle. L’association faîtière «interpharma» annonce qu’elle est prête à entrer en matière sur le système du prix de référence pour les génériques. Un tel système permettrait à l’assurance obligatoire de ne plus rembourser qu’un montant fixe, calculé sur la base du médicament le meilleur marché. Actuellement, le prix des génériques reste encore beaucoup plus élevé – soit de 52 % - en Suisse qu’en Europe.

Un peu d'ouverture

Certes, le directeur d’ «interpharma» René Buholzer fixe des conditions à respecter : il tient notamment à ce que le médecin – et non les caisses – puisse toujours décider en dernier ressort du médicament à prescrire dans l’intérêt de son patient. Tout de même : le lobby de la pharma fait preuve d’une ouverture encore impensable voici cinq ans. Cette opposition qui se lézarde, c’est un tabou qui tombe.

«Chez les acteurs de la santé comme dans le monde politique et au sein de la population, on prend conscience que la hausse continuelle des coûts de la santé finira par faire exploser le système», note le préposé à la Surveillance des prix Stefan Meierhans. M. Prix n’est pas seul dans son combat pour l’introduction de ce système de prix de référence. En octobre dernier, le groupe d’experts que le Conseil fédéral avait chargé d’établir un catalogue de mesures pour maîtriser les coûts de la santé l’avait déjà mentionné en bonne place. Il figure désormais dans le premier paquet de mesures que le Conseil fédéral a prévu, à propos duquel le parlement débattra dès l’automne prochain.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a