Il y a moins de deux mois, l’Université de Genève gagnait une place au populaire classement de Shanghai, arrivant au 58e rang mondial, après l’EPFZ mais avant toutes les autres universités du pays. Il paraît de plus en plus clair que l’académie genevoise croît en termes de recherche. Longtemps attendue, la consécration du Nobel va faire bondir l’université dans ces rankings.

L’honneur apparaît comme une revanche après la surprise Dubochet à Lausanne. Le recteur genevois Yves Flückiger se veut bon joueur: «C’est un succès de l’Arc lémanique, Lausanne en 2017, Genève en 2019… Pour deux universités publiques à 60 kilomètres de distance, c’est une chance extraordinaire. Cela prouve que nos manières de collaborer, de nous partager certains domaines fonctionnent.»