Il y a bien sûr lieu de se réjouir. Un deuxième Nobel honorant en particulier des travaux genevois est une excellente nouvelle pour les Romands et les universités de Suisse francophone, alors que le palmarès était jusqu’ici dominé par la place zurichoise.

A ce sujet: Deux Suisses pour un Nobel d’un autre monde