La cour a reçu une demande d’ajournement de la part de l’avocat de Bernard Rappaz, a déclaré lundi le juge Christophe Joris. Il a finalement décidé d’y donner suite.

Le chanvrier devait comparaître pour violation grave de la loi sur les stupéfiants et d’autres chefs d’accusations pour des faits remontant aux années 2002 à 2006. Il purge actuellement une peine de cinq ans et huit mois pour des faits similaires commis entre 1997 à 2001.

L’agriculteur est en grève de la faim depuis son incarcération en mars pour protester contre sa peine. Il ne s’est plus alimenté depuis 95 jours consécutifs. Une demande de suspension de peine est actuellement pendante devant la cheffe du département valaisan de la sécurité Esther Waeber-Kalbermatten.