L’affaire avait jeté l’effroi dans la métropole horlogère. Et généré beaucoup d’incompréhension. Le meurtre de la tenancière de kiosque et vendeuse de loto, en mai 2011 à La Chaux-de-Fonds, ne débouchera pas sur un procès. Le mari de la victime est reconnu comme l’auteur du crime mais jugé irresponsable vu son état de santé. Il souffre de la maladue d’Alzheimer. Le Ministère public neuchâtelois vient d’émettre une ordonnance de classement.

L’autre suspect, qui s’était accusé du meutre, un jeune rentier AI de 24 ans, est totalement innocenté. «Nous sommes très satisfaits et nous nous apprêtons à demander des dommages et intérêts», a dit à l’ATS Me Madalina Diaconu, revenant sur une information du site de «20 Minutes».

Du côté du Ministère public, aucun commentaire n’est fait. «L’ordonnance de classement a été émise le 10 juillet et n’est pas encore entrée en force», précise la greffière du procureur en charge du dossier, Nicolas Aubert à La Chaux-de-Fonds.

Me Diaconu attend également les 10 jours du délai pour déposer sa demande d’indemnités, portant sur la suspension de la rente AI du jeune homme, sa perte de salaire, les frais de justice et le tort moral subi. Le jeune homme, particulièrement vulnérable, avait d’abord contesté le meurtre puis l’avait reconnu.

Il a été maintenu en détention pendant un peu plus de six mois, jusqu’en novembre dernier. Le jeune homme avait été remis en liberté car l’enquête scientifique n’avait retrouvé aucune trace de son passage dans l’appartement de la victime.

Les analyses ne correspondaient donc pas aux aveux du suspect arrêté la nuit du crime. En revanche des traces d’ADN du mari ont été retrouvées sur le cou et la nuque de la victime qui a été étranglée. Agé de plus de 80 ans, cet homme souffre de problèmes physiques et psychiques.