Pas de passe-droits, pas de lenteurs. Le Ministère public tessinois estime avoir fait son devoir dans l'enquête sur le boss des cigarettes, Gerardo Cuomo. Dans un cadre légal qui limite les possibilités de collaboration internationale puisque la contrebande au détriment d'un pays tiers n'est pas un délit en Suisse, pas plus que le recyclage de ses profits.

Les demandes d'entraide italiennes, a précisé le procureur Eddy Meli, en charge du dossier, ont été traitées par le Ministère public de la Confédération, à l'exception de deux commissions rogatoires arrivées par erreur au Tessin et immédiatement exécutées puisque Gerardo Cuomo était également soupçonné de trafic de drogue et d'armes. Pour la même raison, Eddy Meli a demandé à son tour des renseignements à l'Italie dans le but de poursuivre pour blanchiment ceux qui se sont chargés de gérer à Lugano l'argent du trafic. Mais les documents reçus, très tard, de la justice italienne ne font allusion, pour l'essentiel, qu'à un trafic de cigarettes, non punissable en Suisse. Seule une écoute téléphonique, peu claire, permettrait d'envisager un trafic de drogue et d'armes.

Ce type de situation n'est pas rare. Du côté italien, on affirme que tous les trafics se recoupent et que la lutte antimafia passe par la lutte contre la contrebande de cigarettes. Mais les dossiers qui arrivent d'Italie reflètent une autre réalité. Dans de nombreuses procédures pénales ouvertes en Italie pour association de malfaiteurs, trafics de cigarettes et de drogue, toutes les pièces ou presque parlent de cigarettes uniquement, relève le procureur Emmanuele Stauffer, ce qui rend la collaboration suisse très difficile.

«Ce serait une perte de temps de poursuivre le recyclage de l'argent des marchands ambulants, commente Luca Marcellini. Le trafic de tabac nous intéresse à partir du moment où il est le fait d'organisations dont les méthodes ou les autres activités sont criminelles.» Faudrait-il changer la loi pour mieux poursuivre ce type de trafic? «C'est une question pour le législateur.»

S. A.