Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d'illustration. Dans la campagne d'Appenzell en 2005.
© ARNO BALZARINI

campagnes

La production de légumes a souffert de la météo

Le printemps humide et l’été tardif ont coûté aux producteurs. Les céréales ont aussi connu une mauvaise année, alors que les fruits en ont profité

En Suisse cette année, les légumes ont souffert de la météo instable. Le nombre de pommes de terre et de betteraves récoltées a par exemple été plus faible. Pour les fruits en revanche, les nouvelles sont meilleures: les framboises enregistrent même un record, avec 1525 tonnes ramassées.

Les cultures ont été particulièrement sensibles à la pluie du mois de mai, selon le Service d’information agricole alémanique LID. Les précipitations n’avaient pas été aussi importantes depuis 1864.

Un été qui se fait attendre

L’été s’est ensuite fait désirer, ce qui a également eu un impact négatif sur les quantités de légumes recueillies. Certains d’entre eux ont toutefois sorti la tête de l’eau grâce à la chaleur de fin août et de septembre. D’autres ont souffert d’un mois d’octobre particulièrement froid, avec une chute des températures abrupte. Ces changements ont eu un impact sur la quantité récoltée, mais aussi sur la qualité.

Mauvaise passe pour les céréales

Les céréales font également grise mine. Au regard de l’année précédente, la production de blé et de seigle a chuté. Pour pallier le manque, Berne importera d’ailleurs 30 000 tonnes de céréales de plus que le contingent initialement prévu.

Les fruits sont quant à eux à la fête. Un record du côté des framboises et une bonne qualité de raisons grâce à l’été indien. La quantité de raisins récoltée a aussi été plus élevée qu’en 2015.

Lire aussi: Le foehn amène des températures printanières

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a