L’heure est venue pour le Syndicat des enseignants romands (SER) de tirer les leçons de huit semaines d’école à la maison. Le bilan: beaucoup d’éléments à corriger, certaines bonnes surprises. En premier lieu, Samuel Rohrbach, le président du syndicat, pointe un manque de communication et souhaite que les cantons s’entendent pour prendre dorénavant des décisions communes. «Il n’y a eu aucune coordination concernant la durée de la fermeture des écoles ou la façon de mettre en place la continuité pédagogique. La concrétisation du retour en classe a connu autant de scénarios que de cantons», illustre-t-il.

Il demande aussi aux départements de la formation de mettre à la disposition des écoles des plateformes et des moyens de communication, ne serait-ce que pour joindre les élèves, et échanger entre profs. «En dehors de la multiplication des directives, s’égarant dans les strates de la hiérarchie scolaire et n’arrivant que partiellement ou tardivement jusqu’aux enseignants, la communication auprès des parents et des élèves a aussi été problématique.»

A ce sujet: On fait le bilan de l’école à distance, mais l’heure de vérité sonnera à la rentrée

Doter les élèves du 2e cycle d’ordinateurs personnels

Autre point, et non des moindres, doter les classes de matériel informatique. «Il est indispensable que tous les enseignants soient équipés au minimum d’un ordinateur portable avec les licences adéquates, fourni par leur employeur, et il en va de même pour les élèves à partir du 2e cycle, demande Samuel Rohrbach. On a constaté durant le confinement une fracture sociale liée à l’équipement informatique. C’est un investissement nécessaire si l’on veut que la Suisse réussisse son tournant numérique.» Le syndicat l’avait déjà demandé avant la crise, il réitère son appel: il faut aussi pouvoir compter sur un responsable technique et pédagogique par établissement pour accompagner cette transition. «Il ne sert à rien d’avoir du matériel numérique si les enseignants ne savent pas s’en servir.»

Un point positif

Point positif: «Durant ces semaines d’école à la maison, des élèves ont développé des facultés d’autonomie; il s’agit désormais d’en tenir compte pour la reprise», se félicite Samuel Rohrbach. Les enseignants, eux, ont fait preuve «d’engagement et de créativité», selon le syndicaliste. La page Facebook «Enseignants romands Covid-19» compte 6000 membres et le SER demande que les nombreux échanges et documents de toute nature qui y ont été créés soient sauvegardés, répertoriés et mis à disposition de tous les enseignants.

Un bilan pédagogique complet devra être fait, le syndicat rencontrera courant juillet des membres de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique. La crainte de coupes dans le budget de la formation et dans le salaire des enseignants existe; le SER appelle les autorités à s’engager en faveur des services publics.