La future prison des Grands-Marais à Orbe (VD) prend forme. Le projet conjoint d’architectes zurichois et néerlandais a été retenu pour élaborer cet établissement, très attendu dans le canton de Vaud pour réduire la surpopulation carcérale.

Présenté lundi à Orbe, le projet d’Hootsmans Architectuurbureau à Amsterdam et Hildebrand Studios à Zurich est ressorti vainqueur d’un concours qui a réuni 49 participants. Outre les aspects de sécurité et d’efficacité inhérents à une prison, les lauréats ont séduit en imaginant un «environnement propice à la resociabilisation et la réhabilitation des détenus», a expliqué l’architecte cantonal et président du jury Emmanuel Ventura.

Il a vanté l’architecture à échelle «humaine» de la future prison qui, dès 2026, comprendra sept bâtiments distincts: six pour héberger 216 détenus et le septième pour les services administratifs et médicaux.

«Une structure intermédiaire»

Individuelles, les cellules seront équipées de «grandes fenêtres» et chaque cour intérieure bénéficiera de sa propre «déclinaison paysagère», a continué Emmanuel Ventura. «Nous espérons que cette prison soit vue comme une structure intermédiaire dans la vie des hommes», a-t-il dit, citant un autre membre du jury, le célèbre architecte tessinois Mario Botta.

Egalement présente lundi à Orbe, Béatrice Métraux a, elle aussi, loué une prison qui «doit susciter l’espoir d’une vie après la sanction». La conseillère d’Etat en charge de la sécurité a également salué la «flexibilité» du site qui pourra s’adapter aux différents types de détention, citant les exemples de prisonniers placés en haute sécurité ou souffrant de troubles psychiques.

Une surpopulation carcérale chronique

La ministre a surtout rappelé que les Grands-Marais permettront de soulager le système pénitentiaire vaudois, qui souffre depuis plusieurs années de surpopulation carcérale, avec par exemple des taux d’occupation de 150% à 170% à La Croisée à Orbe et au Bois-Mermet à Lausanne.

Son collègue Pascal Broulis a, lui, rappelé que la construction des Grands-Marais était prévue en deux phases. Dans la première, les travaux doivent démarrer à l’été 2023 pour aboutir en 2026 au projet présenté lundi. Il est toutefois prévu, dans un second temps, d’agrandir encore le site pour arriver à terme à 410 détenus.

Lire également: Une nouvelle prison vaudoise pour lutter contre la surpopulation carcérale

Un projet à 279 millions

L’enveloppe globale se monte à 279 millions de francs. Il faudra aussi tenir compte d’un budget annuel de fonctionnement d’environ 50 millions de francs, soit l’équivalent d’1,5 point d’impôts, a précisé le ministre des finances.

A noter finalement que les Grands-Marais seront érigés sur une parcelle propriété du canton, dans les champs à l’entrée d’Orbe. La future prison sera voisine des actuels Etablissements de la plaine de l’Orbe (EPO), dont fait notamment partie le pénitencier de Bochuz.