Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Patrik Schellenbauer
© Therefore GmbH

bilatérales

«A propos de l’UE, on s’interdit de penser»

Dans le livre blanc qu’Avenir Suisse consacre à l’avenir de la Suisse, son co-auteur Patrik Schellenbauer appelle à la redynamisation de la voie bilatérale – et même à l’examen du scénario de l’adhésion

Le Temps: Le dossier européen est complètement bloqué en Suisse. Pourquoi les Suisses ont-ils si peur d’en parler?

Patrik Schellenbauer: Parce qu’on s’interdit de penser dans les faits. D’une part, notre pays aimerait profiter des avantages du marché intérieur européen, qui nous a valu un gain de prospérité appréciable. Mais, d’autre part, nous ne sommes politiquement pas prêts à accepter que les règles de ce marché soient fixées par l’UE et non par nous.

Peut-on parler d’un tabou?

Oui. La droite nationaliste et conservatrice, en particulier, minimise l’importance économique de l’UE et fait de tout rapprochement avec elle un tabou. Elle aimerait même résilier certains accords de la voie bilatérale. De plus, la crise de l’eurozone a été instrumentalisée par les adversaires de l’UE.

Mais cette crise n’est-elle pas la preuve que la Suisse doit garder ses distances par rapport à l’UE?

Si l’UE n’améliore pas ses institutions, l’euro restera effectivement fragile. Quoi qu’il en soit, cette situation affecte la Suisse. La BNS a dû doubler la taille de son bilan afin de limiter la hausse du franc. Malgré cela, de nombreux exportateurs ont connu des problèmes. La raison en est qu’avec l’Irlande et la Belgique, la Suisse est le pays économiquement le plus intégré à l’Europe. A cet égard, elle est plus européenne que 90% des Etats membres de l’UE!

Vous prétendez qu’à terme, les Suisses n’auront plus qu’un choix entre l’isolement et l’adhésion à l’UE. Est-ce à dire que l’actuelle voie bilatérale est morte?

Au contraire! Le fait que l’UE réclame à la Suisse de manière si véhémente un accord institutionnel montre qu’elle est prête à poursuivre la voie bilatérale, mais sur une base dynamique. La Suisse pourrait considérer cela comme un privilège, et non en premier lieu comme une tentative de pression. La structure statique des bilatérales date encore des années 1990, lorsque Bruxelles partait du fait que la Suisse finirait par adhérer un jour à l’UE.

Vous dites que la Suisse pourrait perdre entre 400 000 et 550 000 emplois d’ici à 2035 dans le scénario de l’isolement. N’êtes-vous pas trop pessimiste?

Ce chiffre résulte du départ à la retraite de la génération des baby-boomers. Le marché du travail suisse se réduira sensiblement, pas seulement dans le scénario du repli sur soi. Mais dans ce scénario, la Suisse pratique une politique d’immigration très restrictive, raison pour laquelle elle rate l’occasion de compenser partiellement le vieillissement de sa population par une immigration plus élevée.

Vous esquissez une révolte des entrepreneurs pour relancer l’intégration européenne. L’économie n’est-elle pas la grande absente du débat?

Il existe un malaise croissant des entrepreneurs suisses envers l’incapacité politique de résoudre ce problème. Dans ce débat européen, il faut davantage de rationalité économique et moins d’idéologie. En fin de compte, nous sommes tous concernés en tant que travailleurs et consommateurs. Il est nécessaire de mener un large débat sur la position de la Suisse en Europe et dans le monde, débat qui n’a pas lieu en ce moment. C’est la raison pour laquelle rien ne bouge.

Le peuple suisse tient à la voie bilatérale actuelle, que l’UE refuse. Serait-ce grave si l’UE décidait de ne pas accorder l’équivalence boursière à la Suisse?

L’UE veut dynamiser la relation bilatérale avec la Suisse, elle ne refuse rien pour l’instant. Mais l’absence d’une équivalence boursière serait grave, d’abord pour la bourse suisse, qui perdrait une partie de son chiffre d’affaires, mais aussi pour toute la place financière. La bourse suisse devrait peut-être même envisager de déplacer son siège dans l’UE. De plus, le SMI pourrait perdre de son importance en tant qu’indice international significatif pour les investisseurs.

Deux de vos six scénarios concernent l’adhésion à l’UE, qui n’a jamais été aussi impopulaire qu’aujourd’hui. Quels événements pourraient pousser la Suisse dans l’UE?

La popularité à court terme d’une variante ne saurait être un critère dans la réflexion d’un laboratoire d’idées. Nous ne ferions pas notre travail si nous n’envisagions pas l’option d’une adhésion. Nous partons du scénario selon lequel ce sont les grands blocs qui définissent de plus en plus les règles du commerce entre eux. Si la Suisse n’appartient pas à l’un de ces blocs, elle risque d’être victime de discriminations.

Quels seraient les avantages d’une adhésion pour la Suisse?

L’accès automatique au grand marché européen. La participation à ce grand marché stimulerait la concurrence en Suisse. Cela augmenterait la productivité, une nécessité compte tenu de notre croissance démographique.

Et les inconvénients?

La reprise de l’euro et toutes les politiques de mutualisation qu’il implique, de même qu’un niveau de régulation plus élevé dans certains domaines.

Que se passerait-il sur le plan politique?

Le concept de souveraineté évoluerait sensiblement. Celle-ci deviendrait plus relative et matérielle que formelle. Mais la Suisse pourrait participer aux décisions plutôt que d’être juste écoutée de temps à autre. De toute façon, nous devrons nous départir de l’illusion d’une indépendance absolue dans un monde de plus en plus connecté.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a