A l'issue d'une réflexion menée depuis dix mois auprès de ses membres, la Chambre de commerce et d'industrie de Genève (CCIG) a élaboré 25 propositions qui permettraient d'améliorer la situation économique du canton. L'organisation, qui regroupe les entreprises genevoises, transmettra ces idées aux partis politiques, avec l'espoir qu'elles seront appliquées au cours de la prochaine législature. «Nous souhaitons également sensibiliser l'opinion publique à la nécessité de prendre certaines mesures», a indiqué Michel Balestra, président de la CCIG. Ces propositions concernent les finances publiques, la fiscalité, l'emploi, l'aménagement et le logement, la mobilité, l'énergie et le soutien aux entreprises.

Réduction de la dette

Selon la Chambre, le dynamisme de l'économie passe par une réduction de la dette publique. Car depuis 1993, l'endettement a doublé à Genève, passant de 20 700 francs par habitant à 41 800 francs en 2002. Par comparaison, dans le canton de Zurich, l'endettement par habitant est quasi identique à celui de 1993 (7200 francs contre 6900 francs). Dès lors, pour juguler les dépenses de fonctionnement de l'Etat, la Chambre suggère de «modifier et de rationaliser le fonctionnement de l'Etat et de mettre en place un système de frein à l'endettement», explique son directeur, Jacques Jeannerat.

A ceux qui proposent une hausse d'impôt pour réduire le déficit de l'Etat, la CCIG répond qu'au contraire il faut diminuer la fiscalité; notamment par le soutien au projet cantonal de baisse de l'impôt sur le capital et par la suppression de la taxe professionnelle communale, «que Genève est le seul canton à appliquer», relève Michel Balestra.

D'après un sondage réalisé par l'institut MIS Trend, ce principe de diminution d'impôt et de rationalisation des dépenses de l'Etat bénéficie d'un soutien populaire. Sur 502 personnes interrogées sur l'attitude à adopter face au déficit des finances cantonales, 88,2% ont répondu qu'il fallait mieux gérer les ressources disponibles; 7,4% augmenter les impôts; 4,2%, faire les deux.

Appui à la création d'entreprises

Pour rétablir la croissance et favoriser la création d'emplois, la CCIG prône l'appui à la création d'entreprise et leur pérennisation grâce à l'attribution d'avantages fiscaux et par le biais de la fédération des organes publics de soutien à l'économie.

La Chambre genevoise apporte également une série de propositions pour relancer la construction de logements, indispensables à plusieurs titres à ses yeux: «Le secteur de la construction a perdu 6000 emplois», déplore Michel Balestra, qui relève également que la rareté des logements prive le canton de contribuables. «En plus, poursuit-il, les caisses de pension privées sont prêtes à investir des centaines de millions.» Le déclassement de 1% du territoire cantonal – demandé par une initiative populaire –, l'accélération des procédures d'autorisation de construire et le remplacement du système HLM par une aide ciblée à la personne devraient permettre de relancer la construction immobilière.

Pour garantir la fluidité du trafic et l'attractivité de Genève, la CCIG demande de réaliser la liaison ferroviaire Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse (CEVA), la traversée sous la rade, le dénivelé de Vésenaz, la route des Nations, avec un prolongement de la ligne de tram au Grand-Saconnex, augmenter l'offre de parkings au centre ville et dans la couronne urbaine.