Genève

Le PS genevois: «Si les compensations sont suffisantes, nous pouvons vivre avec un taux à 13,8%»

Sous conditions, le parti socialiste genevois accepterait le même taux d'imposition des entreprises que le canton de Vaud, lâche son vice-président, Romain de Sainte-Marie

Et si le modèle vaudois finissait par s'imposer à Genève? Alors que les travaux de la table ronde pilotée par le Conseil d'Etat genevois pour négocier la mise en oeuvre de la troisième réforme de l'imposition des entreprises vont bon train, le vice-président du PS genevois, Romain de Sainte-Marie, se dit ouvert à un taux à 13,8%. Soit très précisément le taux autour duquel s'est déjà bâti le consensus vaudois.

Contacté jeudi, Romain de Sainte-Marie s'explique sur ce signe d'ouverture, affiché mercredi soir sur l'antenne de Léman bleu: «Dans le cadre de la table ronde, le Conseil d'Etat nous a présenté des projections de pertes fiscale pour des taux à 13, 13,5 et 13,8%, raconte-t-il. J'ai regretté qu'on ne nous ait pas présenté de projections pour des taux plus élevés, mais si le Conseil d'Etat veut s'en tenir à un taux à 13,8%, avec des mesures de compensation suffisantes, nous pouvons vivre avec.»

Un blanc-seing que le négociateur et chef de groupe socialiste au Grand Conseil n'accorderait toutefois pas sans conditions. Et de dresser la liste des mesures qui permettraient de rallier le PS à ce taux, bien inférieur à 16%, son hypothèse de travail de départ: «En combinant une hausse des charges salariales, un centime additionnel affecté, les compensations de la Confédération et la non-diminution de l'impôt sur la fortune, comme on envisage de le faire pour compenser la réforme de la fiscalité immobilière, on arrive à ensemble de mesures qui permettent de compenser les pertes fiscales qu'engendrerait un taux à 13,8%.»

L'inventaire à la Prévert est pour le moins complet et promet de belles passes d'armes autour de la table ronde. Mais il a au moins le mérite de jeter une base claire à la négociation qui doit aboutir avant la fin de l'été.


Lire sur le même sujet:

«Le PS s’apprête à poignarder les villes dans le dos»

Nouvelle fiscalité des entreprises: un risque inégal pour Vaud et Genève

Publicité