«Balexert ne doit pas s'étendre sur la route de Meyrin.» Le Parti socialiste genevois conteste l'extension de Balexert, qui se définit dans sa publicité comme le plus grand centre commercial romand. Il a annoncé hier qu'il s'opposerait au Grand Conseil à l'octroi d'une concession d'occupation du domaine public.

Le projet vise à construire une passerelle vitrée surplombant la route de Meyrin, d'une hauteur de 14 mètres pour une longueur de 130. Cet agrandissement permettrait la création de 150 emplois, selon Balexert. Un projet qui «touche avant tout à l'existence même d'un certain nombre de commerces avoisinants qui devront fermer». Claude Uldry, coprésident de la commission d'urbanisme du PS relève aussi la faible redevance annuelle d'occupation du domaine public que demande l'Etat de Genève: 140000 francs. «Alors qu'elle serait de 300000 francs pour des logements sociaux!»

L'une des critiques socialistes est que les travaux ont déjà débuté, alors qu'aucune décision officielle n'a été rendue sur le sujet. Directrice de Balexert, Corine Moinat explique que les travaux d'abaissement de la route ont bien commencé, mais que les coûts de 2 millions étaient totalement supportés par Balexert: «Si on veut avancer, il faut être visionnaire. Nous prenons le risque de payer ces travaux même si le projet ne voit pas le jour.»