Fiscalité

Le PS lance un référendum contre «un cadeau fiscal aux plus aisés»

Fin septembre, le parlement fédéral a approuvé de nouvelles déductions pour les familles. Seuls les riches en profiteront, considère le PS, qui demande que la population tranche

Des déductions fiscales pour les familles avec enfants. Une idée de gauche? Pas toujours. Ce lundi, le Parti socialiste lance un référendum contre une réforme de ce type, adoptée fin septembre au parlement fédéral. Soutenue avant tout par la majorité bourgeoise, cette dernière n’avantagerait que les ménages soumis à l’impôt fédéral direct (IFD). Or, soutient le Parti socialiste, seuls les plus riches sont soumis à cette taxe. «Ce qui est vendu comme un soutien aux familles n’est donc qu’un cadeau fiscal aux plus aisés», dénonce la formation de gauche, qui souhaite soumettre la question au peuple.

«Des miettes pour la classe moyenne»

La réforme est constituée de deux volets: le premier, qui s’adresse uniquement aux familles soumises à l’IFD dont les enfants sont «pris en charge par des tiers», prévoit l’augmentation du seuil de déduction de revenu légal de 10 000 à 25 000 francs par an et par enfant. Le deuxième, qui s’adresse à toutes les familles soumises à l’IFD quelle que soit leur organisation familiale, prévoit d’augmenter les déductions de 6500 à 10 000 francs par enfant. Concrètement, le revenu imposable de chacun de ces ménages se verrait déduit de 3500 francs supplémentaires avant imposition.

A première vue séduisantes, ces nouvelles mesures sont dénoncées par le PS, qui les juge trop élitistes. «45% des familles ne paient pas d’impôt fédéral parce qu’elles gagnent trop peu», rappellent les socialistes, qui considèrent que «seul un quart des 350 millions de francs (le coût de la réforme) profiterait aux familles dont le revenu brut se situe entre 100 000 et CHF 150 000 francs. Les familles de la classe moyenne ne recevraient que des miettes.» Lors des débats, et malgré le soutien de son parti à la réforme, le ministre des Finances, Ueli Maurer (UDC/ZH), a lui-même estimé que le projet était «un allégement fiscal pour les hauts revenus».

«Incompréhensible de la part du PS»

Dans les rangs du PDC, dont est issue la motion qui a abouti au changement de loi, le référendum du Parti socialiste suscite des haussements de sourcils. «La réforme bénéficierait à 60% de la population, souligne le conseiller national Benjamin Roduit (PDC/VS). Elle profiterait également aux plus fortunés, certes, mais c’est surtout la classe moyenne qui en sortirait gagnante. De la part du PS, combattre cette réforme est incompréhensible.»

D’après le Valaisan, les élections imminentes ont quelque chose à voir là-dedans: «La gauche propose sans arrêt des mesures de type social, dit-il. Et là, tout d’un coup, ils parlent de cadeau fiscal. C’est de la mauvaise foi.» Aux 350 millions de francs dans la balance, le politicien rappelle que la Confédération peut se le permettre, avec un excédent de 2,9 milliards de francs en 2018.

«Il ne s’agit pas de faire un cadeau aux plus riches, ni d’oublier les plus démunis, se défend Benjamin Roduit. Mais nous considérons que ces derniers sont bien pris en charge alors que les revenus moyens sont étranglés par les impôts et oubliés par les subventions. C’est à eux que le projet est destiné.» A condition de récolter les 50 000 signatures nécessaires dans les temps, il reviendra au peuple de trancher la querelle.

Publicité