Le PS s’insurge contre les choix d’Oskar Freysinger

Valais Le ministre est accusé de «copinage»

Le ministre valaisan Oskar Freysinger vient de nommer une nouvelle collaboratrice scientifique au sein du Service de l’enseignement et provoque la colère du PS valaisan.

Ariane Doyen est députée UDC au Grand Conseil, vice-présidente de l’UDC du Valais romand et enseignante au Cycle d’orientation. «Le copinage dont continue à faire preuve le conseiller d’Etat semble se poursuivre en toute impunité», écrit le parti dans un communiqué mardi. «Nous faisons ici allusion au fait que l’UDC Kevin Pelluchoud représente les étudiants de la Haute Ecole pédagogique (HEP) au sein de la commission extraparlementaire de l’éducation», explique Gaël Bourgeois, président du PS. «Au sein de la commission consultative à l’intégration des personnes migrantes siègent aussi deux autres membres du parti UDC nommés par Oskar Freysinger», poursuit-il. «A cela s’ajoute la nomination de son éditeur, Slobodan Despot, comme porte-parole externe pour son département», dit-il.

Mais ce qu’il estime être du «copinage» n’est pas la seule chose que critique le Parti socialiste. «Selon des sources bien informées, les enfants d’Ariane Doyen ont toujours été scolarisés dans des écoles privées, de tendance particulièrement conservatrice», écrit-il, ajoutant plus loin le terme d’intégriste. Il est de notoriété publique que la députée UDC fréquente l’église d’Ecône et que certains de ses enfants ont fréquenté l’école liée à cette église, laquelle est reconnue et autorisée par le département. «Soit cela signifie qu’elle ne croit pas à la qualité de l’enseignement public et on peut se demander de quelle manière elle le défendra, soit cela veut dire qu’il y a une volonté de modifier l’enseignement cantonal», s’inquiète Gaël Bourgeois.

Mardi soir, personne n’était joignable au sein du département d’Oskar Freysinger. La mise au concours du poste décrivait une activité d’organisation des cycles d’orientation, un suivi des dossiers pédagogiques, la participation à des groupes de travail. Seule exigence pour le poste: avoir de l’expérience de l’enseignement au Cycle d’orientation. «Ma vie privée n’a pas à interférer avec ma vie professionnelle», a répondu Ariane Doyen au Nouvelliste. «Ce sont mes compétences qui ont été évaluées, pas mes convictions.»