Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une femme sans-papiers montre deux panneaux lors de la séance présentant l’opération Papyrus, 28 février 2017, à Genève.
© SALVATORE DI NOLFI

Immigration

Le PS zurichois s’inspire de Genève pour réclamer la régularisation des sans-papiers

Zurich abrite 28 000 des quelque 76 000 clandestins que compte la Suisse. L’idée calquée sur l’opération genevoise «Papyrus» se heurte au scepticisme du camp bourgeois

Le projet genevois de régularisation de sans-papiers résonne à Zurich. Le PS zurichois a déposé une interpellation au Grand conseil, réclamant la légalité pour les clandestins. Genève a beaucoup fait parler d’elle en Suisse alémanique lorsqu’en février dernier, le Conseil d’Etat dévoilait son «opération Papyrus», qui a permis jusqu’ici à près de 600 personnes en situation irrégulière d’obtenir une autorisation de séjour. La gauche zurichoise souhaite désormais s’en inspirer et tester l’idée auprès du Conseil d’Etat.

«Ce qui fonctionne à Genève doit aussi fonctionner à Zurich»

En parallèle, le centre d’accueil des sans-papiers lance une pétition dans le même sens, rapporte le Tages-Anzeiger. «Ce qui fonctionne à Genève doit aussi fonctionner à Zurich», souligne ce texte qui réclame un statut pour les personnes irrégulières installées depuis longtemps sur le territoire cantonal, souvent employées dans la construction ou l’hôtellerie et qui «vivent dans la précarité et l’incertitude permanente». Or la droite zurichoise, majoritaire au parlement, se montre très sceptique, face à cette idée qui, redoute-t-elle, pourrait créer un appel d’air.

«Malgré les réticences, nous souhaitons porter cette idée dans l’espace public, souligne Sibylle Marti, députée au parlement zurichois. Genève fait preuve d’esprit d’innovation et montre qu’avec une volonté politique, on peut trouver une réponse au problème des sans-papiers, qui existe aussi à Zurich. La solution genevoise n’a pas nécessité de créer de nouveaux règlements, elle a été trouvée dans le cadre de la loi existante, avec la collaboration de la Confédération.»

La marge de manœuvre cantonale

Les cantons possèdent une marge de manœuvre dans l’application de la loi fédérale sur les étrangers. Mais, jusqu’ici, hors de Genève, l’idée de régulariser les sans-papiers n’a pas convaincu. Selon les estimations du Secrétariat d’Etat aux migrations, 76 000 sans-papiers vivent en Suisse, dont 28 000 à Zurich, contre 13 000 à Genève et 12 000 dans le canton de Vaud.


A ce propos

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a