Santé

Le psy lausannois qui doit rembourser un million

Durant trois ans, un psychiatre lausannois a commis de nombreuses irrégularités avant d’être démasqué par les assureurs. Il s’est expliqué au «Temps». Enquête sur un cas qui révèle une certaine impuissance de l’Etat

Les affaires troublantes se multiplient dans le domaine de la psychiatrie, notamment dans la psychothérapie déléguée. Alors qu’à Lausanne se déroule cette semaine un procès pour escroquerie, un autre cas fait beaucoup parler de lui dans la profession. En février dernier, un cabinet lausannois s’est engagé à rembourser un million de francs aux caisses représentées par l’association faîtière Santésuisse. Le Temps a identifié le psychiatre concerné, qui a accepté de s’expliquer. Celui-ci confirme l’information tout en précisant: «Il ne s’agit pas d’un cas de surfacturation, mais d’une négligence dans la gestion administrative de mon cabinet.»

Une «négligence» coupable qui coûte très cher. Car cet ancien chef de clinique et vice-président du Groupement des psychiatres et psychothérapeutes vaudois – une fonction dont il a démissionné à la fin de l’année dernière – est un spécialiste chevronné. Après avoir ouvert son cabinet en 2010, il l’a sans cesse développé. Aujourd’hui, dans les cantons de Vaud et du Valais, il emploie 11 psychiatres et 13 psychologues qui travaillent sous délégation.