«Il ne faut pas éteindre un incendie en provoquant une inondation.» L’inquiétude du président de la Commission judiciaire Andrea Caroni (PLR/AR) a été entendue sous la Coupole. Le renouvellement intégral du Tribunal fédéral, pour la période 2021-2016, n’a pas été reporté comme le demandait le groupe socialiste. Et le juge Yves Donzallaz, attaqué par son propre parti (l’UDC), a effectivement été réélu, mais avec un score médiocre de 177 voix sur 239 bulletins valables. Cette amorce de psychodrame – avec comme toile de fond la séparation des pouvoirs et le respect de l’indépendance des juges – laissera toutefois des traces et donnera sans doute des munitions aux partisans de l’initiative qui réclame le tirage au sort des membres de la Cour suprême.

Lire aussi: Le Conseil fédéral ne veut pas dépolitiser l’élection des juges