trains

Puidoux-Chexbres et autres chantiers: les CFF se félicitent de leurs travaux

Les trains circulent à nouveau directement entre Lausanne et Fribourg. La compagnie assure que les travaux sous forme concentrée lui ont permis de réduire les interruptions et économiser de l'argent

Les trains circulent à nouveau depuis lundi matin entre Lausanne et Puidoux-Chexbres, après sept semaines d'interruption. Cet arrêt total a permis de mener à bien d'importants travaux sur cette ligne très fréquentée. Un bilan détaillé de l'expérience sera tiré.

Les CFF se disent «conscients» des désagréments que leur clientèle a subis durant l'été, en particulier les pendulaires. Les temps de parcours ont été parfois considérablement allongés, notamment pour les voyageurs entre Fribourg et Lausanne.

Les risques de l'interruption: Des travaux longs comme un jour sans train

Surtout en Suisse romande

Pour la première fois, les CFF ont concentré les travaux sur la période estivale. Pour cette raison, ils ont introduit un «horaire d'été» spécial, valable dans toute la Suisse. Des gros chantiers affectaient les régions de Bâle et de St-Gall, mais la Suisse romande surtout s'est retrouvée en première ligne.

Du 7 juillet au 26 août, plus aucun train n'a circulé entre Lausanne et la gare de Puidoux-Chexbres, sur la ligne Lausanne-Berne. Les travaux ont pu être exécutés conformément à la planification, sans interruption, avec l'utilisation sans restriction de grandes machines de chantier, expliquent lundi les CFF. Résultat: une voie ferrée renouvelée sur près de 5 kilomètres, des gares modernisées à Pully-Nord, La Conversion et Grandvaux et des tunnels assainis.

Travaux plus courts

Cette interruption fera l'objet d'une évaluation détaillée. Les CFF soulignent qu'elle a permis de réaliser les travaux dans des délais plus courts: sept semaines au lieu de huit mois. «Sinon, il y aurait eu huit mois de bruit pour les riverains, huit mois de travaux pour les voyageurs avec des risques de retards et de trains supprimés», commente Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF.

Ces travaux concentrés sur une courte période ont aussi permis de réduire les coûts. Globalement, sur l'ensemble de la Suisse, les économies ont représenté 20 millions de francs au total. «C'est de l'argent public non dépensé», glisse le porte-parole.

Bilan à tirer

Impossible pour l'heure de dire si l'expérience sera rééditée. «Il est trop tôt pour le dire», enchaîne Jean-Philippe Schmidt. «Nous allons récolter toutes les données que nous avons sur les travaux et sur les réactions de notre clientèle. Nous les analyserons et tirerons un bilan, en principe d'ici cet automne», ajoute-t-il.


Le très critiqué système de dédommagement

L'évaluation inclura le système pilote de dédommagement, lancé à cette occasion, et qui a suscité des critiques, notamment sur la nécessité d'activer la géolocalisation sur son téléphone mobile. Quelque 2200 personnes se sont inscrites pour ce test, soit un tiers des pendulaires circulant entre Lausanne et Puidoux-Chexbres.

A ce propos: Ligne Lausanne-Berne: 100 francs aux voyageurs concernés

Environ 13 000 courses ont été enregistrées et 1400 personnes ont reçu un dédommagement. Un petit nombre ? «Cela correspond à ce qu'on attendait» répond le porte-parole. Qui ajoute que les CFF «sont allés dans le sens du client plutôt du règlement strict», accordant parfois un dédommagement même si le voyageur n'avait pas fait tous les voyages requis.

Pour rappel, il fallait subir des prolongements de temps de parcours de plus de 20 minutes durant au moins dix jours pour pouvoir recevoir un dédommagement, en l’occurrence un bon de 100 francs. Ce système pilote fera partie de l'analyse détaillée que l'ancienne régie comptent mener. Les résultats serviront à développer de nouveaux projets d'indemnisation, ajoutent les CFF.

Publicité