Le principe est inscrit dans la Constitution neuchâteloise depuis vingt ans. D’autres communautés religieuses que les Eglises traditionnelles – réformée, catholique romaine et catholique chrétienne – sont censées pouvoir demander à être reconnues d’utilité publique.