Patronat et syndicats genevois ont conclu un double accord concernant le secteur du commerce de détail. La loi cantonale sur les horaires de fermeture des magasins pourra ainsi être révisée, et permettre aux commerces de la place de fermer plus tard. D'autre part, les négociateurs ont établi une convention collective de travail (CCT) qui concernera une grande partie des 19 000 personnes employées dans les magasins genevois. Pour Giovanni Albano, secrétaire syndical du Syndicat interprofessionnel des travailleuses et travailleurs (SIT), les accords négociés représentent une avancée sociale importante.

Le Temps: Quelles seront les nouveaux horaires de fermeture des magasins genevois?

Giovanni Albano: Du lundi au mercredi, les magasins devront être fermés à 19 heures, soit un quart d'heure de plus qu'actuellement. Le jeudi, les commerces pourront fermer leurs portes à 21 heures, contre 19 h 45 en ce moment. L'horaire de fermeture sera fixé à 19 h 30 le vendredi, et à 18 heures le samedi, et cela pour l'ensemble des magasins. Pour l'instant, dans ce dernier cas, seuls les commerces alimentaires peuvent fermer à 18 heures. L'ouverture des magasins reste évidemment exclue le dimanche. Par ailleurs un accord a été trouvé pour fixer à 22 heures la fermeture des boutiques des stations à essence qui restent souvent ouvertes après 23 heures

– Les syndicats ont accepté cette révision des horaires de fermeture en contrepartie d'une convention collective de travail étendue. Pouvez-vous nous la décrire?

– Cette CCT s'applique à toutes les entreprises de commerce de détail qui emploient plus de 5 personnes, mis à part le secteur de la vente des journaux et du tabac. La convention cadre fixe à 3180 francs le salaire brut minimum d'un employé. Elle inclut aussi une indexation automatique du salaire jusqu'à une inflation de 2,5%. Ensuite, la durée hebdomadaire de travail est plafonnée à 42 heures. La CCT contient également une assurance maternité. Ces mesures représentent une avancée essentielle pour les 7000 personnes qui bénéficieront enfin d'une convention collective de travail.

– Quand ces accords entreront-ils en vigueur?

– Le 5 septembre, nous allons signer un accord de principe avec les représentants du patronat. La révision de la loi devrait être examinée par le Grand Conseil en octobre et entrer en vigueur avant l'été prochain, si aucun référendum ne vient retarder son application. Nous entamerons aussi des démarches pour que la Confédération approuve l'extension de la CCT.