Ce soir, dans la salle du Grand Casino, Enrico Macias va donner le coup d'envoi des Fêtes de Genève, qui vont s'étaler du 31 juillet au 10 août. Hormis les deux feux d'artifice (dont le principal le 9 août) qui ont en partie contribué à la notoriété de ces festivités, les organisateurs ont tenu à apporter quelques innovations. Sans révolution toutefois. Directeur ad interim des Fêtes de Genève et directeur général de Genève Tourisme, François Bryand donne quelques clés de l'édition 2003.

Le Temps: Les principaux changements visent en premier lieu à améliorer la cohabitation entre les Fêtes et la population résidente. En quoi consistent-ils?

François Bryand: Tout d'abord, nous sommes conscients qu'il n'est pas possible d'organiser une fête sans créer de nuisances. Tout est donc question de compromis. Avec le Conseil administratif de la Ville, nous avons pris plusieurs mesures pour limiter le bruit. Sur la rive gauche, nous avons réduit le nombre de forains, qui ont néanmoins pu s'installer de l'autre côté de la Rade. Nous nous sommes aussi efforcés de garantir une bonne accessibilité au lac.

– Les mesures que vous prenez pour limiter les nuisances concernent-elles aussi la Lake Parade, organisée ce samedi 2 août?

– Oui, la Lake Parade est aussi concernée. Nous avons limité le nombre de camions et de stands. C'est le seul moyen de garder la maîtrise de l'événement. Nous ne tenons pas à accueillir un million de personnes. Nous ne pourrions pas le gérer. En termes de bruit, des contrôles seront effectués sur les chars en accord avec les organisateurs.

– Les Fêtes de Genève génèrent chaque année une montagne de déchets. Avez-vous, comme l'an dernier, un concept «propreté»?

– Nous en avons un. Nous allons installer divers conteneurs de récupération. De plus, nous avons imposé sur tous les stands de la vaisselle biodégradable. Nous avons aussi pris des mesures pour préserver les espaces verts.

– Et la nouveauté au niveau du contenu des Fêtes…

– Nous avons voulu mettre l'accent sur les produits du terroir. Dix grands chefs se succéderont au restaurant «Les Terrasses du lac» et y cuisineront chaque jour un poisson différent du Léman. Et tous les stands, y compris le restaurant, serviront des vins exclusivement genevois. Par ailleurs, un espace Alinghi permettra à chacun d'effectuer des régates virtuelles et de se familiariser avec la voile. La Coupe de l'America sera à nouveau présente. Enfin, si les plus jeunes pourront se divertir sur l'Île aux enfants à l'île Rousseau, pour les plus grands, nous faisons la promotion des sports de rue à la place du Rhône. Une manière d'attirer une clientèle jeune peut-être moins fidèle à l'événement.