Viendra, viendra pas? C’est la question qui agite Genève depuis quelques jours, après le pataquès provoqué par l’annonce d’une conférence d’Eric Zemmour, possible candidat à l’élection présidentielle française. Si sa présence n’est pas confirmée, celle des militants anti-Zemmour (antifas et une quarantaine de collectifs) ne fait pas de doutes. Ils ont annoncé une mobilisation dans la rue le 24 novembre et adressé une demande au Département genevois de la sécurité. De toute évidence, ils ont pris les devants, ne sachant pas si la rencontre aura lieu, ni où le cas échéant.