A peine avait-elle fêté ses 10 ans que la radio Grrif doit annoncer une sombre nouvelle à ses employés. Dos au mur en raison du manque de recettes publicitaires, celle qui se voyait comme la «nouvelle Couleur 3» est contrainte de sacrifier l’ensemble de son pôle d’animation. Propriétaire du groupe BNJ (composé des radios RFJ, RTN, RJB et Grrif), Pierre Steulet refuse de parler de licenciements et indique que les animateurs concernés «pourront être recyclés ailleurs au sein du groupe.» Contactée, la rédaction de Grrif s’abstient pour l’heure de commenter la situation.