Ce week-end, les gares de Genève et de Lausanne vêtiront leurs apparats de fête. Elles célébreront, par diverses animations, leur entrée dans le cercle restreint des plates-formes ferroviaires qui arborent le label «RailCity» (Berne, Bâle, Lucerne, Winterthour et Zurich). Lancée par la division immobilière des CFF, la marque RailCity vise à garantir aux voyageurs un service de qualité dans les principales gares. «L'usager doit trouver un confort similaire à celui proposé dans un aéroport […] avec des magasins, des offres de restauration attrayantes, ainsi que des événements culturels», appelle de ses vœux Urs Schlegel, chef de CFF Immobilier.

En Suisse, les CFF usent d'une exception juridique pour faire de leurs gares de véritables centres commerciaux. La loi fédérale sur les chemins de fer leur «permet d'installer des services accessoires […] qui répondent aux besoins des usagers des chemins de fer», et auxquels «les dispositions en matière d'heures d'ouverture et de fermeture ne sont pas applicables».

Une aubaine pour les CFF

Autrement dit, la plupart des magasins situés dans les gares sont ouverts tôt le matin, tard le soir et même le dimanche. Une aubaine pour les CFF, qui proposent à prix d'or des locaux commerciaux aux horaires flexibles. Une aubaine pour les commerces qui héritent, en plus des voyageurs, des clients n'ayant pas eu le temps de s'approvisionner ailleurs. C'est surtout le cas pour les magasins d'alimentation. Et en particulier pour l'enseigne Aperto. Créée il y a une douzaine d'années, la marque présente dans toutes les gares appartient en fait aux CFF. Par l'octroi de franchises, la compagnie ferroviaire en a confié l'exploitation à des sociétés privées, telles Alimentana Alvi-Shop et Valora.

«La marque Aperto sert de repère à nos usagers, qui seront certains d'y trouver une gamme de produits de première nécessité», explique Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF. En signant le bail commercial, l'exploitant s'engage à achalander au moins 250 produits prescrits (sandwich, pain, boissons, fruits et légumes, épicerie, etc.). Contrairement à la Suisse alémanique, où Migros et Coop sont également présents dans les grandes gares, en Suisse romande, l'enseigne Aperto détient pour l'instant le monopole des magasins d'alimentation. Une position dominante qui se ressent lourdement sur les prix.

Le Conseil national s'est récemment prononcé en faveur de l'élargissement de l'ouverture des magasins dans les gares, en assouplissant la loi sur le travail. Car, actuellement, les horaires ne sont pas les mêmes partout. «C'est un arrangement qui dépend de la fréquentation des voyageurs, de la législation cantonale, et de la pression des syndicats», souligne Patrick Cordex, chef du centre RailCity Genève.

Si la modification de la loi est confirmée par le Conseil des Etats, les commerces pourront être ouverts jusqu'à 23 heures, voire au-delà. Elle permettra aussi de clarifier la présence de magasins de photos, de matériel hi-fi, ou de disques dans les gares. Car ces commerces, présents dans toutes les gares, répondent-ils vraiment «aux besoins des usagers des chemins de fer» qui ont permis aux CFF d'ouvrir des surfaces commerciales?