Les présidents des partis, du moins la majorité d'entre eux, en on marre des studios de Leutschenbach. «Il n'est pas normal que le centre de la Suisse un soir de votations fédérales soit une banlieue zurichoise», s'étrangle Christian Levrat, président du PS. Dimanche, comme c'est l'usage, les présidents du PRD, du PDC, du PS, de l'UDC et des Verts se sont retrouvés dans les studios zurichois de la TV alémanique pour commenter les résultats des votations à l'occasion de ce qu'on appelle la «ronde des présidents» ou «ronde des éléphants». De leur côté, la TV tessinoise et la TV romande devaient se contenter de vice-présidents ou d'autres représentants des partis.

Rencontre prévue à Berne

Dimanche soir, ils se sont dit que ça n'allait plus. «Nous devons être à disposition de toute la Suisse, pas seulement de la TV alémanique. On a investi 42 millions dans un nouveau centre de presse à Berne, avec un studio SSR tout neuf. Et c'est à Berne que se trouvent le Conseil fédéral, les comités et les médias un soir de votation», note le président du PDC, Christophe Darbellay.

Initiateur de la démarche, le leader des Verts, Ueli Leuenberger, dit tout mettre en œuvre pour que la prochaine «ronde», le 8 février, se fasse à Berne. Le rédacteur en chef de la TV alémanique doit rencontrer les présidents durant la présente session. «Le 8 février sera l'un des votes les plus importants de la législature. Nous devons donner un signe de cohésion nationale», plaide Christian Levrat. Des cinq présidents, l'UDC Toni Brunner, semble le moins emballé par le rapatriement de ce rendez-vous rituel à Berne.