Une classe du Gymnase Provence, à Lausanne. Les élèves ont répondu présent. Ce n’est pas tous les jours qu’on a devant soi l’auteur d’un livre inscrit au programme du cours d’histoire. Pietro Boschetti, narrateur chevronné, achève ainsi sa présentation: «C’est le rapport Bergier qui, aujourd’hui, est tombé en déshérence: on s’est empressé de l’oublier.» Le débat est lancé.