Le Conseil a débattu de la situation à Gaza dans le cadre de sa session ordinaire qui se termine vendredi. A la suite de la Haut Commissaire Navi Pillay, les orateurs ont constaté qu’Israël n’a pas donné suite aux recommandations du Conseil et que la situation a continué de se détériorer à Gaza.

Le représentant israélien a réfuté une nouvelle fois les accusations de crimes de guerre lors de l’offensive de l’armée israélienne contre Gaza en janvier 2009. Il a répété que son pays a lancé plusieurs enquêtes sur les auteurs présumés de violations du droit international. Des enquêtes jugées insuffisantes par la quasi-totalité des pays membres du Conseil.

Lutte contre l’impunité

La représentante de la Suisse Muriel Berset-Kohen a regretté «qu’il n’y ait pas encore eu d’enquête approfondie et impartiale de toutes les parties». Elle les a appelé à «mener des enquêtes conformes aux normes internationales pour traduire en justice les auteurs présumés de violations du droit international».

«Nous constatons avec regret que de nombreuses recommandations du rapport Goldstone n’ont pas été mises en œuvre», a affirmé Muriel Berset-Kohen. «La lutte contre l’impunité est une condition indispensable pour une paix durable et la prévention des crimes futurs», a poursuivi la représentante du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE).

La Suisse a réaffirmé son souhait de l’établissement d’un mécanisme d’enquête indépendant pour évaluer les progrès des enquêtes réalisées par les parties. Une demande restée sans suite.

Appel à la libération de Gilad Shalit

Pour sa part, le père de Gilad Shalit, le soldat israélien enlevé il y a plus de trois ans à Gaza, a dénoncé le refus du Hamas de donner au CICR un accès au détenu. «Personne ne sait s’il est en bonne santé, où il est détenu, dans quelles conditions», a déclaré devant le Conseil Noam Shalit. Il a appelé à la libération du soldat israélien, capturé par un commando palestinien à la lisière de la bande de Gaza le 25 juin 2006.

Le rapport de la commission présidée par le juge sud-africain Goldstone avait été adopté par le Conseil des droits de l’homme lors d’une session spéciale le 16 octobre 2009, par 25 voix contre six et 11 abstentions, puis transmis à l’Assemblée générale de l’ONU.

Le 26 février à New York, l’Assemblée générale avait à nouveau demandé à Israël et aux Palestiniens de mener des enquêtes crédibles sur les crimes de guerre qu’ils sont accusés d’avoir commis lors du conflit de Gaza. Le Conseil des droits de l’homme doit discuter d’une trentaine de projets de résolution jeudi et vendredi.