Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Classifié «secret», le rapport Cornu a été remis au Conseil fédéral il y a vingt-sept ans.
© 123RF

Guerre froide

Le rapport sur l’armée secrète P-26 publié

Les relations entre l’armée secrète P-26 et des organisations analogues à l’étranger dans les années 1970 et 1980 sont enfin rendues publiques, dans une version anonymisée du rapport Cornu

Le gouvernement veut contribuer à clarifier les questions historiques et politiques entourant l’organisation P-26, armée secrète créée en 1979 sans l’aval du parlement et financée par des fonds publics. Rien ne s’oppose aujourd’hui à la publication du rapport Cornu du point de vue de la protection des informations et des données, a annoncé mercredi le Conseil fédéral.

Ce rapport avait été rédigé suite à l’enquête administrative du juge d’instruction neuchâtelois Pierre Cornu. Remis au Conseil fédéral il y a vingt-sept ans, classifié «secret», il n’avait pas été publié, bien qu’une version anonymisée ait été réalisée. C’est à cette version, destinée à l’époque déjà au public, que l’accès est ouvert. Expurgée des contenus jugés dignes de protection, elle a été rédigée en allemand et en français. Aucune traduction en italien n’a été découverte. Le Conseil fédéral répond ainsi aux demandes d’historiens et de journalistes.

L’armée secrète P-26 a été dissoute en mars 1992. Selon le rapport, des «organisations de résistance» existaient dans divers pays européens. Les représentants d’organisations de pays de l’OTAN se réunissaient dans des comités internationaux qui n’étaient pas liés organiquement à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Lire le document:le rapport au Conseil fédéral du 5 août 1991

Projet «Harpoon»

La P-26 ne participait pas à ces comités et n’entretenait pas de relations avec eux ni avec d’autres communautés internationales dans ce domaine. Elle a en revanche eu des relations bilatérales avec des services officiels britanniques via notamment la participation de cadres à des cours et exercices réguliers en Grande-Bretagne.

Un des comités internationaux a décidé vers 1983 de faire mettre au point, par une entreprise allemande, un nouveau système de transmission destiné à ses membres (projet «Harpoon»). La Suisse a acheté des centrales et des stations de campagne principalement pour la P-26. Au moment de l’acquisition, les responsables suisses pouvaient se douter qu’elles seraient utilisées par les «organisations de résistance» de divers pays de l’OTAN.

Un accord avait été trouvé entre les services suisses et britanniques pour l’installation d’une centrale suisse «Harpoon» dans une base située en Angleterre. Mais la centrale suisse n’y a en fait pas été installée. Un exemplaire de la copie publique ainsi qu’une version intégrale du rapport Cornu sont déposés aux Archives fédérales. Cette dernière reste classifiée «secret» et ne sera pas rendue publique. Conformément à la loi, elle est soumise à un délai de protection de 50 ans, soit jusqu’en 2041.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a