Jacques de Haller, président de la Fédération des médecins suisses (FMH): «Je suis membre du PS, comme Alain Berset. Il s’investit beaucoup dans ce qu’il fait. J’apprécie sa venue à l’Intérieur, et je ne m’inquiète pas de le voir défendre la révision sur les réseaux de soins, contre laquelle la FMH a lancé un référendum. Toutefois, je trouve inconséquent de la part de Didier Burkhalter, avec qui j’ai de bons contacts, de quitter l’Intérieur aujourd’hui déjà. Ce département implique de la continuité. Il faut des mois, voire des années, pour se mettre dans le bain.»

Heinz Locher, président de la nouvelle Alliance des assureurs maladie suisses (AAMS): «C’est une décision politique. J’imagine que la droite intègre les socialistes pour mieux faire passer les réformes nécessaires des assurances sociales. Alain Berset est quelqu’un d’intègre, un stratège et un bon communicateur. J’espère qu’il va assurer un leadership au parlement dans le domaine de la santé et impliquer les groupes parlementaires dans ces débats. Je reste vigilant, Alain Berset n’oubliera probablement pas son origine politique. Il est issu d’un parti qui ne prône pas l’économie de marché dans le domaine de la santé. Le PS, pour rappel, se bat pour une caisse unique.»