Pas de boulangerie comme chez Simonetta Sommaruga l'année passée, mais un classique bureau. Guy Parmelin, président de la Confédération cette année, a placé la cohésion au centre de son allocution du Nouvel An. Après une année éprouvante, il a appelé à l'unité pour vaincre les incertitudes de 2021.

«Notre pays, comme tant d’autres, a vécu une année sombre. La crise sanitaire nous a durement éprouvés», a souligné Guy Parmelin dans son allocution du Nouvel An. «A l'aube de cette année 2021, le réalisme m’interdit de former des vœux trop enthousiastes», a-t-il déclaré sur les ondes des médias du service public.

Ailleurs: Angela Merkel, Boris Johnson, Emmanuel Macron: trois pays, trois discours du Nouvel An bien différents

Des épreuves

Il a tiré le bilan d'une année difficile pour la Suisse et exprimé son soutien à ceux qui ont perdu des proches en 2020. «La pandémie a bouleversé nos existences aussi en envoyant des personnes au chômage, en détruisant des entreprises de tradition ou en mettant nos systèmes d’éducation et de santé à l’épreuve», a-t-il souligné.

Guy Parmelin a relevé à plusieurs reprises le caractère exceptionnel de l'année qui vient de s'écouler. Il a toutefois partagé son optimisme «de conviction» et a rappelé que «le pays a de la ressource».

Notre interview: Guy Parmelin: «Nous devons éviter qu’une branche entière ne disparaisse»

L'importance de la formation

Guy Parmelin a souligné les vertus de l’éducation et de la formation, vecteurs, selon lui, de savoir, de culture et d’ouverture, source de dialogue et d’écoute: «A une époque aux rapports de forces instables, elles garantissent l’accès au compromis, qui est un bon chemin vers la résolution apaisée des conflits.» Selon lui, l’éducation et la formation sont «les clefs de notre indispensable cohésion».

La formation supérieure et professionnelle dépendent de son département.

Avant de souhaiter une «bonne année», Guy Parmelin a souligné «qu'unie, la Suisse se trouve plus forte pour défendre ses intérêts. Avec cran, et avec vigueur s’il le faut.» Il a exprimé son souhait de voir en 2021 l'unité entre «la Suisse des villes et celle des champs, la Suisse du progrès comme celle de la tradition, la Suisse aisée et celle qui l’est moins».

La photo cuvée 2021: L’image 2021 du Conseil fédéral: retour aux fondamentaux