La lettre d’invitation devrait partir en début d’année. Elle sera signée par le président du PDC, Gerhard Pfister, et adressée à ses collègues des autres partis. Le but sera d’ouvrir des discussions concrètes sur ce que le PDC nomme le «développement de la concordance». L’objectif est d’analyser ensemble la manière dont les «changements voulus par la population lors d’élections pourront se refléter plus directement dans la composition du gouvernement». Le PDC part du constat que l’essentiel des règles qui régissent la formation du Conseil fédéral ne sont pas écrites. La Constitution se contente de préciser que «les diverses régions et les communautés linguistiques doivent être équitablement représentées».

Lire notre éditorial: Après l’échec prévisible des Verts, une formule à repenser