A l’instar du Conseil fédéral et du Parlement, plus de 1,707 million de citoyens ont estimé nécessaire d’ancrer dans la constitution une disposition encadrant les projets scientifiques. Elle est axée sur la dignité humaine, les conditions de participation aux recherches et la pertinence de ces dernières par rapport aux risques et aux contraintes.

Les opposants, réunissant en particulier l’UDC, les adversaires du génie génétique et certains milieux évangéliques, ont été suivis par quelque 540 000 électeurs.

La Suisse romande, réputée pour ses pôles de biotechnologies, s’est montrée la plus enthousiaste. La palme du «oui» revient aux Genevois, qui ont apporté leur soutien par 88% des voix. Ils sont talonnés par les Vaudois, avec 87,6% d’avis favorables. Neuchâtel décroche la troisième place (82,4%). Le «oui» des Fribourgeois (79,8%) dépasse également la moyenne nationale. L’article a passé la rampe par 77,3% dans le Jura, 75,4% à Berne et 72,7% en Valais.

En Suisse alémanique, les meilleurs résultats ont été enregistrés dans le fief de l’industrie pharmaceutique et dans le canton qui abrite l’EPFZ: 79,8% à Bâle-Campagne, 78% à Zurich et 76,9% à Bâle-Ville. Viennent ensuite Zoug et Lucerne, avec un peu plus de 75%. Le taux d’approbation atteint 77,7% au Tessin.

Seuls quatre cantons ont accepté l’article avec moins de 70% des voix: Appenzell Rhodes-Extérieures (69,8%), Schaffhouse (67,9%), Schwyz (67%) et Uri (66,7%).