L'été en Suisse sera plus chaud que la normale, avertit le chef de SRF Meteo, Thomas Bucheli. De nouveaux records de chaleur sont «très probables», déclare-t-il dimanche dans la SonntagsZeitung. «Ce serait étonnant que cela aille dans une autre direction».

Quant à savoir à quel degré les températures pourraient «monter», il s'agit de spéculation, précise Thomas Bucheli, interrogé dans le journal dominical alémanique. Mais, si plusieurs facteurs se conjuguent, la Suisse pourrait connaître des températures de deux à cinq degrés Celsius plus élevées que jusqu'à présent, ajoute-t-il. «Il pourrait faire jusqu'à 40 degrés».

Le record de chaleur en Suisse est détenu par Grono (GR), où 41,5 degrés avaient été enregistrés lors de la canicule de 2003.

Les températures relevées en mai par endroits sont «loin d'être normales», poursuit le météorologue. Des records de chaleur ont été battus, soit parce que c'était le jour le plus chaud depuis le début des mesures, soit parce que des températures aussi élevées n'avaient encore jamais été mesurées aussi tôt dans l'année.

Consulter notre dossier: Un monde à sec

Dans de nombreux endroits en Suisse, le nombre de jours d'été avec plus de 25 degrés a pratiquement doublé depuis le début des mesures. La tendance est également nette pour les jours de canicule avec 30 degrés et plus. Il s'agit de mesures concrètes et non d'hypothèses.

Ce phénomène est clairement dû au climat, selon Thomas Bucheli. Les modèles et les mesures climatologiques prouvent que les températures plus élevées sont une conséquence de l'augmentation des gaz à effet de serre. Le changement climatique provoque davantage de jours de canicule et de nouveaux records de température.

La productivité touchée

Plus de 400 millions de francs sont perdus chaque année en Suisse en raison de ces canicules et de la baisse de la productivité que celle-ci entraîne dans les entreprises, rapporte toujours la SonntagsZeitung, qui se fait l'écho d'une étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), de l'Office fédéral de météorologie et de climatologie (MétéoSuisse) et d'autres institutions. La perte de productivité due à la chaleur est deux fois plus élevée que celle provoquée par la grippe saisonnière. Elle pourrait augmenter de 17% d'ici à 2050 avec le scénario climatique le plus favorable et de 58% avec le moins favorable.

Prévisions pour ces prochains jours

Sur son blog, Météosuisse annonce l'arrivée durant la nuit de poussières sahariennes. «Le ciel devrait prendre une teinte jaunâtre, le soleil devenir très pâle, voire disparaître, notamment l'après-midi. Difficile de prévoir l'ensoleillement dans ce genre de situation, le sable pouvant être suffisamment dense pour diminuer fortement le rayonnement.. ou pas.»

«Des averses, voire des orages pourront faire leur apparition en deuxième partie de journée, notamment dans les Alpes, mais aussi sur le Léman» poursuite le blog.

Températures prévues

A Genève comme à Lausanne, il faisait 19° à 9h00 ce matin et les prévisions annoncent 28° à 16h00, ce dimanche 22 mai, selon Métérosuisse. A Neuchâtel on respire un peu mieux, avec 17° à 9h00 et 25° prévus pour 16h00, comme à Zurich.

Toujours sur le site de Meteosuisse on lit que l'isotherme 0° est à 3950 mètres: du jamais vu pour un mois de mai.

C'est mardi 24 que les températures vont nettement baisser pour retrouver des normales saisonnières, selon Météosuisse.