Lors de la conférence de presse organisée pour annoncer qu'elle ne briguerait pas un troisième mandat au gouvernement neuchâtelois, dans nos éditions du 6 septembre, Sylvie Perrinjaquet a indiqué par erreur qu'elle faisait «un 50% au Conseil d'Etat». Un lapsus, repris par Le Temps, que la ministre libérale entend corriger. «Depuis la parution de l'article, j'ai reçu des dizaines de messages d'incompréhension qui portent gravement atteinte à ma crédibilité de conseillère d'Etat, note-t-elle. Je voulais dire que mon mandat au Conseil national représente un 50%. Au Conseil d'Etat, je m'engage à 150%. Au total, mon activité politique m'occupe environ 80 heures par semaine.»