Contrairement à ce que nous avons écrit dans Le Temps du 11février, les députés démocrates-chrétiens appartenant à la Commission des transports et de la communication du Conseil national ont accepté en bloc l'entrée en matière sur la révision de la loi sur les télécommunications.