Genève n'a pas devancé l'application des accords bilatéraux, contrairement à ce que notre article du 8 août 2001 sur le «grand retour des frontaliers» pouvait laisser supposer. L'administration genevoise applique bien la législation en vigueur qui permet l'octroi de permis frontaliers aux seuls ressortissants d'un pays limitrophe de la Suisse (France, Italie, Allemagne, Autriche), aux conjoints de ressortissants de ces pays ou résidents de longue date. De même, sauf exceptions pour des spécialisations, le secteur de la vente n'est pas encore libéré pour les permis frontaliers.